7 min de lecture

J’ai voulu connaitre l’activité nocturne de mon chat, j’ai donc construit un tracker GPS. Et on va voir de suite comment j’ai procédé.

L’électronique du Tracker GPS :

La théorie et la liste des composants :

Un tracker GPS c’est simple, on récupère une position et on l’enregistre.

Pour connaitre une position on utilise un GPS, et plus précisément celui-là : GY-NEO6MV2. Il est à 11€ sur Banggood et sa consommation n’est pas trop élevée (45mA).

Ensuite on a besoin de stocker les données du GPS, pour ça on utilise un logger, celui-ci est convenable. Le logger nous permet d’écrire sur une mémoire flash (interne ou, ici, externe) les infos du GPS. Il est annoncé sur sa fiche constructeur que sa consommation max est de 6mA.

Les deux fonctionnent en 5 Volts, c’est parfait ! J’avais déjà réalisé auparavant une batterie externe pour mon portable. Je vais pouvoir la réutiliser. Elle a une capacité théorique de 3400mAh (millis – Ampère Heure). Pourquoi je dis théorique, et bien c’est parce-qu’en fonction de la température, de la charge et de l’age, cette capacité peut varier.

Il nous faut aussi une carte microSD de classe 4 ou supérieure pour le logger. J’ai pris une Samsung EVO 16G Class 10 pour 12 € ici.

Un petit calcul simple pour avoir une idée de l’autonomie. Vu que c’est pour mon chat, si ça tient 24H c’est super.

Voilà le calcul :

( Capacité de la batterie en mAh / Consommation en mA ) * 0.7 = temps en heures

Pourquoi on multiplie par 0.7 ? Pour garder une marge à cause de la capacité théorique de la batterie.

Pour moi ça donne (j’ai ajouté les pertes engendrée par mon éleveur de tension de ma batterie externe) :

( 3400 / (45+6+4) ) * 0.7 = 43,28

Génial ! Plus de 43h d’autonomie ! Pas sur que je puisse enregistrer toutes ces données sur la carte SD (après un test j’ai obtenu 1700ko/h) mais bon j’ai atteint mon objectif de 24H.

Si vous utilisez une batterie externe comme moi, vous pouvez également trouver un câble USB mâle. J’en ai découpé un d’une rallonge qui marchait pas.

On aura également besoin d’un fer à souder, de quelques fils (pas des gros, des petits pour de l’électronique), de gaine thermo-rétractable et du scotch double face.

On passe maintenant au montage.

Montage du tracker GPS et du logger :

Le montage est assez simple.

N’oubliez pas d’isoler vos connexions avec vos gaines thermos si besoin.
  • Dénudez votre câble USB et séparez les câbles.
  • Un câble USB 2.0 standard à 4 fils :
    • Un noir pour le GND
    • Un rouge pour le +5V
    • Un blanc pour le DATA +
    • Et un vert pour le DATA –
  • On va utiliser le Rouge et le Noir.
  • On connecte le Rouge aux bornes VCC du GPS et du Logger
  • Le Noir se branche aux bornes GND du GPS et du Logger
  • Ensuite on relie la borne TX du GPS à la borne RX du Logger
  • Et c’est fini !

Une photo pour vérifier :

De l’autre coté du Logger, j’ai soudé deux pins sur les bornes VCC et GND et c’est la que je viens brancher mon câble USB avec des jumpers.

J’ai ensuite collé les deux cotés avec du double face.

Une photo de mon alimentation :

C’est une cellule Lithium-Ion avec un circuit de chargement, un interrupteur et un élévateur de tension 5V.

Ultra simple, non ?

Maintenant on passe à la config de OpenLog

Configuration d’OpenLog, démarrage et fonctionnement :

Configuration d’OpenLog :

Et le mieux c’est que notre logger est déjà flashé avec OpenLog donc pas besoin de le programmer.

On met notre carte microSD (formatée en FAT32) dans celui-ci, on branche le câble USB, on attend 5 secondes, on débranche, on attend 10 secondes et on retire la carte SD pour la mettre dans notre ordinateur.

A la racine de la carte SD, un fichier CONFIX.TXT (il est possible que le nom ne soit pas en majuscule). Ce fichier contient la configuration par défaut d’OpenLog. Ouvrez le. Vous devriez trouvez ceci à l’intérieur :

9600,26,3,0,1,1,0

Chacun de ces numéros représentent un paramètre. Je vais vous les expliquer un par un.

9600 c’est la vitesse de communication en bauds. Dans notre cas elle est parfaite étant donné que le constructeur de notre GPS a également indiqué cette vitesse de communication.

26 c’est le code ASCII de notre caractère d’échappement (le caractère qui sépare nos valeurs). Pour nous, ça nous va très bien.

3 c’est le nombre de caractères d’échappement requis.

0 c’est le mode d’enregistrement. Il en existe 3. Le mode 0, appelé « New Log » crée un nouveau ficher à chaque démarrage, le mode 1, appelé « Sequential Log », permet d’ajouter nos données à la suite du ficher et le mode 2 ou « Command Mode » qui permet d’envoyer des commandes spéciales à OpenLog. En fonction de ce que vous préférez choisissez entre le mode 0 ou 1. J’ai choisi celui par défaut.

Et pour le reste je vous invite à voir la documentation.

Personnellement quand j’ai ouvert le fichier j’avais ça :

11520
baud

J’ai donc changé avec le notepad de base de Windows (aka « Bloc-note ») la vitesse de communication.

9600
baud

On enregistre et on remet la carte SD.

Vous l’aurez compris, on va garder la configuration de base. On peut remettre notre carte SD dans le logger.

Démarrage et fonctionnement :

On branche le tracker et c’est parti !

Au démarrage, le GPS va récupérer les signaux venant des satellites, et quand il connaîtra sa position (la fiche constructeur nous indique une précision de 5 mètres), il commencera à l’envoyer via sa borne TX. Le logger, lui attend ces information et écrit tout ce qui est reçu, via la borne RX, sur la carte SD. Afin d’être sûr que le GPS a bien accroché un signal, je vous recommande de le laisser dehors pendant 5 minutes puis de l’éteindre pour vérifier le contenu de la carte SD. Les futures accroches GPS devraient être plus rapides par la suite (30 sec environ).

Une fois notre enregistrement terminé, on passe à la récupération des données.

Récupération des données :

Une fois le tracking terminé, on débranche l’ensemble et on attend 10 secondes pour être sur que le logger arrête d’écrire sur la carte.

On ouvre la carte SD sur notre ordinateur et normalement on devrait trouver pleins de petits fichier en .TXT mais le format d’écriture est NMEA et pour qu’il puisse être lisible je vous conseille de renommer vos ficher en .nmea.

Vous pourrez ensuite les ouvrir avec Google Earth via le menu Fichier>Ouvrir

Et voila ! Vous avez votre parcours ! Si vous n’avez pas la partie du bas, faites un clic droit sur « GPS Device » > Afficher le profil de dénivelé ».

Vous êtes maintenant en possession d’un petit Tracker GPS !

 

Et si nous lui ajoutions une boite pour le protéger ?

La boite pour le tracker GPS en impression 3D :

Je veux installer le Tracker dans mon drone pour faire des mesures de vitesse, il lui fallait donc une boite pour le proteger.

Je vous donne le lien sur la page thingiverse vous permettant de l’imprimer 😉

GPS Tracker OpenLog Box

Améliorations possible du tracker GPS :

Si vous voulez améliorer votre tracker, je peux vous proposez quelques pistes possibles :

 

Si vous aimez ce genre de petites expériences, faites le moi savoir dans les commentaires et n’oubliez pas de partager si vous pensez que ça peut intéresser vos amis !