4 min de lecture

Avant de vous présenter mon drone imprimé en 3D, je vais vous faire découvrir le vol de drone en immersion (FPV).

Déjà, c’est quoi un drone et comment ça vole ?

Même si je pense que tout le monde sait ce qu’est un drone, je préfère donner une définition histoire qu’on parte tous sur la même base.

Un drone, ou un multirotors (il existe des drones avec 3 rotors ou bien 6 voire même 8), c’est une plateforme volante, constituée d’une caméra ou non, permettant le vol stationnaire (à la différence des avions).

En fonction du nombre de rotors, il a plusieurs noms :

  • 2 : Bi-Coptère ou Bi-rotor
  • 3 : Tri-coptère ou Tri-rotor
  • 4 : Quad-coptère ou Quad

Etc, etc…

Mais hormis le nombre de rotors, ils ont, plus ou moins, tous les mêmes composants :

  • Une carte de vol (FC), munie d’au moins un processeur de calcul, d’une mémoire flash qui contient le logiciel de vol, un accéléromètre qui mesure les accélérations de tous les axes et un gyroscope qui mesure la vitesse angulaire ;
  • Des hélices. Il en existe deux types, les CW et CCW pour Clockwise et Counter-Clockwise, qui sont faites pour tourner dans le sens des aiguilles d’une montre ou dans l’autre sens ;
  • Un récepteur (RX), qui se charge de recevoir les données de la radio-commande et de les transmettre à la carte de vol ;
  • Une batterie (oui, il faut du jus pour alimenter tout ça) souvent Lithium-Polymère (Li-Po) ;
  • Et bien sûr, un châssis.

Et c’est tout ! Enfin en gros, je ne vais pas rentrer plus dans les détails dans cet article.

La FC et son logiciel embarqué, se chargent de récupérer les infos des capteurs embarqués ainsi que des commandes reçues par le RX et d’envoyer la puissance aux différents moteurs/rotors, ce qui fait décoller le drone. En fonction de la puissance envoyée dans les moteurs, il peut se déplacer dans les différents axes.

Ça c’est le principe de base, maintenant on passe au vol en immersion.


C’est quoi le vol en immersion ?

C’est une nouvelle façon de voler, où le pilote ne voit pas son drone mais voit comme s’il était dedans. On utilise une caméra embarquée, un transmetteur vidéo, un récepteur vidéo et un écran ou des lunettes d’immersion.

Voilà à quoi ressemblent des lunettes d’immersion (même si là, c’est un casque) :

fpvgoggles

Ça ressemble beaucoup à un Occulus Rift ou bien à un HTC Vive mais ça récupère un flux vidéo sans fil et ça l’affiche.

fpvscreen

Désolé pour la qualité de la photo, mais c’est pas facile de prendre une photo de l’intérieur.

On met ça sur la tête une fois que le drone est prêt à voler et c’est parti. Seul bémol, ça rend ridicule.

Exemple sur ma tronche :

fpvselfie


Pour ce qui est des sensations, ça donne quoi ?

Au début de mes vols en drone, je n’étais pas très à l’aise quand je n’étais pas dans le dos du drone, je me trompais de sens pour les virages, bref je n’étais pas confiant.

Etant habitué aux jeux-vidéos, je me suis dit que le vol en FPV pouvait m’aider.

Alors il ne faut pas sauter tout de suite dedans, il faut d’abord savoir piloter à vue (LOS « Line of sight ») mais quand on maîtrise les bases, on peut y aller !

Premier effet : Oh maman p****n je vole ! Apres la disparition rapide de la sensation de perte d’équilibre, je me suis éclaté (non pas contre un mur). J’avais l’impression d’être dans une course de pod-racers dans Star Wars épisode I. La sensation de voler, de liberté que dégage ce petit engin est énorme !

J’ai enregistré un petit vol de ce matin (avant que la batterie de mon casque me lâche) :

La qualité n’est pas top (faute à mon système d’enregistrement) mais quand on vole, on cherche à avoir un minimum de latence. Mais sur les plus gros drones de course, on peut y attacher une GoPro. J’ai d’autres vidéo sur ma chaîne YouTube juste ici.

Bref si vous voulez faire du vol de drone ou si vous en faites déjà, essayez c’est vraiment extra ! Je vais bientôt sortir un article pour que vous puissiez vous aussi vous lancer ! So stay tuned comme diraient les anglophones 😉